Alcool chez les jeunes : comprendre les risques et sensibiliser – avec les conseils de Marine

Jan 24, 2024

Connaissez-vous le Dry January (Janvier Sobre) ? Originaire du Royaume-Uni, le mouvement encourage l’abstinence de consommation d’alcool juste après les fêtes de fin d’année. Elle est adaptée en France par un collectif d’associations et de réseaux nationaux pour rappeler que la consommation d’alcool est une question de santé publique. A cette occasion, Marine, infirmière au sein de Doc Med 7/7, nous rappelle les risques et les moyens de sensibilisation pour minimiser les conséquences néfastes de l’alcool notamment chez les plus jeunes.

Les Chiffres 

➡️ Selon le ministère de la Santé, 81% des jeunes de 17 ans ont expérimenté l’alcool et 30% le cannabis. 

➡️ 44% ont une alcoolisation ponctuelle importante chaque mois (source : OFDT)

Marine, la consommation excessive d’alcool peut causer de nombreux dégâts à l’organisme, avec parfois des conséquences graves comme le coma éthylique, quel que soit l’âge. Pouvez-vous nous répertorier ces risques ?

Oui, de façon générale, il existe de nombreux dangers liés à la consommation de l’alcool. Je vous propose de retenir les risques suivants :  

➡️  Pour une consommation faible : 

Les troubles de l’attention : incapacité à terminer une tâche, oublis fréquents, difficultés à se concentrer…

Une certaine désinhibition 🗣️ : on parle davantage aux personnes autour de nous. Généralement, plus que ce qu’il faut… 

Un état d’excitation 😍 : tout est beau et euphorique.

La diminution des réflexes 

➡️  Pour une consommation forte : 

Les nausées et vomissements

Des pensées embrouillées 😵💫  : hallucinations, délires, dépression… 

L’autoagressivité ou l’hétéro-agressivité : passage à l’acte violent : se faire du mal à soi-même ou à autrui. 

De l’hypothermie : baisse de la température interne du corps, notamment si les personnes sont à l’extérieur.

De l’hypoglycémie : baisse anormale du glucose dans le sang (glycémie inférieure à 0.70 g/l).

Le traumatisme crânien avec des risques hémorragiques : en effet, de très nombreux traumatismes crâniens surviennent chez des patients alcoolisés : chute, piéton renversé par une voiture… 

Une insuffisance respiratoire 

Une amnésie d’effet : ne plus se rappeler de la soirée et de ce qui a été fait lors de cette dernière pendant plusieurs heures

Les IST (infections sexuellement transmissibles)

➡️  Pour une consommation très forte : 

Le coma éthylique 

Le coma éthylique est une intoxication aiguë provoquée par une consommation excessive d’alcool. Il provoque un état d’inconscience et nécessite une intervention immédiate. 

Une personne victime d’un coma éthylique se trouve en hypotonie (perte du tonus musculaire), elle perd ses réflexes et se retrouve paralysée. Le coma éthylique peut s’amorcer dès 2 g/l d’alcoolémie mais communément les doses jugées potentiellement dangereuses se situent entre 3 g/l et 8 g/l. 

Plusieurs facteurs sont déterminants : le poids de la personne, le fait d’être à jeun ou présenter des lésions au niveau du tube digestif par exemple. Pendant ce coma, on constate également un relâchement sphinctérien. 

Attention ! Faute de soins, le coma éthylique peut provoquer la mort. En cas de perte de conscience due à l’alcool, appelez immédiatement le 15 (SAMU).

➡️  Sur du long terme : les cancers, les troubles cardiovasculaires, la cirrhose, conséquences neurologiques sur le cerveau, dépendance

➡️   Sans conscience des règles de prévention routière : les accidents de la route 🏍️ 🚘 

La PLS (Position Latérale de Sécurité) est souvent évoquée comme une mesure de sécurité en cas d’intoxication à l’alcool. En quoi consiste-t-elle ? Pourquoi est-elle si importante notamment pour les jeunes confrontés à des situations d’urgence ?

Considérée comme un geste de premier secours, la PLS réduit le risque d’obstruction respiratoire (tendance de la langue à encombrer le pharynx) et prévient une éventuelle remontée gastrique.

  1. Pour placer la victime en PLS, retirez d’abord ses lunettes si elle en porte ; ou encore sa cravate, son col ou sa ceinture. 
  2. Rapprochez les jambes de la victime l’une de l’autre dans l’axe de son corps. 
  3. À genoux à ses côtés, prenez son bras opposé et placez le dos de sa main contre son oreille en tenant fermement.
  4. Utilisez votre autre main pour relever le genou de la victime tout en maintenant son pied au sol.
  5. Tournez la victime sur le côté en tirant sur son genou pour la basculer vers vous.
  6. Retirez délicatement votre main de sa tête.
  7. Ajustez la jambe du dessus pour former un angle droit (pour éviter que la victime perde l’équilibre)
  8. Ouvrez la bouche de la victime pour faciliter l’évacuation des liquides.

Couvrez la victime avec une couverture de survie. Une fois la PLS effectuée, appelez le 15 (SAMU) ou le 18 (pompiers) et vérifiez régulièrement si la victime respire.

Quelles sont les moyens de prévention/sensibilisation efficaces – notamment pour les jeunes –  pour anticiper les effets indésirables liés à la consommation d’alcool ? 

Les actions de prévention et sensibilisation efficaces pour contrer les effets indésirables liés à la consommation d’alcool sont multiples. 

Attention aux phénomènes dangereux comme le « binge-drinking ». C’est une pratique qui consiste à s’alcooliser le plus rapidement possible au cours d’une seule occasion. L’objectif est de devenir ivre en un temps record. Or, c’est justement cette vitesse de consommation qui est dangereuse. Il concerne principalement les jeunes, en particulier ceux âgés entre 15 et 25 ans.

Ensuite, lors des soirées, désigner un SAM (Sans Accident Mortel) c’est-à-dire une personne sobre. D’ailleurs, il ne faut pas forcer quelqu’un à boire s’il ne le souhaite pas.

Mangez avant de consommer de l’alcool, buvez de l’eau (1 verre d’eau pour 1 verre d’alcool), utilisez des éthylotests pour vérifier le degré d’alcoolémie et ne conduisez pas si vous avez bu.

Pour sensibiliser les jeunes, il existe également d’autres solutions : 

  • des stages de sensibilisation
  • des quizz sur internet

Pour finir, appelez le 15 pour toutes urgences.  

Articles recommandés
L’Infirmier en Pratique Avancée (IPA) &#82 . . .

L’Infirmier en Pratique Avancée (IPA) R . . .

Shéhérazade Essaber et Valérie M’Nasri travaillent en tant qu’Infirmières en Pratique Avancée (IPA) chez Doc Med 7/7. Aujourd’hui, elles nous expliquent en quoi consiste le métier d’IPA, notamment les différences avec les infirmiers traditionnels, les champs d’exercice possibles et la formation nécessaire pour le devenir.

Comment se préserver de la canicule ? &#8211 . . .

Comment se préserver de la canicule ? – . . .

La canicule est une période prolongée de températures exceptionnellement élevées en été, aussi bien le jour que la nuit. Elle peut avoir des conséquences plus ou moins graves sur la santé, en particulier chez les personnes vulnérables (enfants, personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques). C’est pourquoi, il est crucial d’adopter des mesures de prévention

La téléconsultation – avec le Dr Benj . . .

La téléconsultation – avec le Dr Benj . . .

La téléconsultation permet aux patients de consulter un professionnel de santé à distance via une visioconférence. Elle est accessible à tous, quels que soient l’âge, la pathologie ou le lieu de résidence. D’ailleurs, elle peut être réalisée avec le soutien d’un autre professionnel de santé.
À partir du 13 mai 2024, Doc Med 7/7 propose la téléconsultation